“Financial education can be fun”

09/03/2015

“La European Money Week ne peut qu’être profitable aux jeunes Européens.” C’est ainsi que s’exprime Wien De Geyter, Secrétaire général chez Febelfin. Participant avec de nombreux orateurs renommés dans le domaine de l’éducation financière à la table ronde organisée lundi matin par la Fédération bancaire européenne (FBE), elle s’est interrogée sur le niveau des connaissances financières des jeunes Européens et sur la façon de l’améliorer. 

La table ronde résumée en quelques citations :

  • “Accidents will happen, if we don’t take action to educate our children about the upcoming changes and politics in the area of financing pension. Financial education needs more data, creative ways to educate finance and leaderschip. Financial education can be fun”, Wim Mijs, CEO European Banking Federation.
  • “Financial literacy is an essential skill in 2015. We need to have a lifecycle in mind concerning financial education”, Annamaria Lusardi, Wetenschappelijk Directeur Global Financial Literacy Excellence Center.
  • “It is important that there is a vision and leadership about financial education. Without coordination between stakeholders and governance and constant monitoring and evaluation of different initiatives, we risk to send out a blurry message”, Flore-Anne Messy, directrice Financial & Enterprise Affairs OECD (Organisation for Economic Co-operation and Development).

Vous trouverez ci-après un compte rendu plus circonstancié de cette table ronde :

Importance de la recherche

Annamaria Lusardi, Academic Director du Global Financial Literacy Excellence Center, a résumé 15 ans d’études sur l’éducation financière. Les gens sont-ils vraiment en mesure de prendre d’importantes décisions financières ? L’éducation financière est-elle une solution ? 

Annamaria Lusardi a tenté d’apporter une réponse à ces questions en proposant à des adultes de 13 pays de compléter un questionnaire financier, avec comme résultat les fameuses "données PISA". Cette enquête a permis de constater qu’un marché financier bien développé ne va pas nécessairement de pair avec un degré élevé d’éducation financière.

C’est ainsi que seul un Américain sur cinq est en mesure de répondre à des questions financières relativement simples. Le résultat le plus médiocre est obtenu par les femmes et les jeunes. Le contexte socio-économique joue également un rôle. Les revenus des parents et le niveau de scolarité ont une incidence incontestable sur le niveau d’éducation financière.

Quels sont les canaux les plus efficaces pour atteindre les jeunes ? Annamaria Lusardi distingue trois axes : l’école, le lieu de travail et la community, comme les bibliothèques par exemple. 

Le potentiel de l’éducation financière

Flore-Anne Messy, Director Financial & Enterprise Affairs auprès de l’OCDE, pointe l'importance de soutenir et d’évaluer les enseignants en  éducation financière, par exemple en leur fournissant des outils pédagogiques adaptés.

L’intégration financière ne se limite pas aux compétences, aux connaissances et à la confiance. L’accès aux produits financiers est également un élément clé. L’éducation financière doit débuter à un âge précoce.

L’enseignement n’est pas seul en cause. La société et les parents ont aussi leur rôle à jouer. La volonté est certes présente mais une synergie entre les différentes parties prenantes fait encore défaut. 

Éducation financière : l’affaire de tous

Quel pourrait être notre objectif commun pour relever le niveau de l’éducation financière ? Erik Nooteboom, Head of Unit de la Commission européenne (DF FISMA), a évoqué les différentes initiatives prises par la Commission européenne en vue de conscientiser davantage le citoyen à la prise de décisions financières. 

Parmi elles, le site “Consumer Classroom” qui propose des outils interactifs à l’intention des enseignants et la “Mortgage Education Directive” qui prévoit que les consommateurs qui contractent leur premier prêt hypothécaire ont droit à des informations claires et globales.

En Belgique, la FSMA est l’autorité financière en matière d’éducation financière. Ceci ne signifie toutefois pas que le secteur financier n’apporte pas sa pierre à l’édifice. 

Wien De Geyter, Secrétaire général chez Febelfin, a évoqué le moratoire sur les produits financiers complexes et la plate-forme de concertation entre les secteurs public et privé qui permet l’échange de best practices.

Plusieurs sites internet (www.monargentetmoi.be, www.financementdesentreprises.be et www.safeinternetbanking.be) et les différentes campagnes de sensibilisation organisées par Febelfin (Amazing mindreader, See how easily freaks can take over your life, …) sont aussi exemplatifs en termes d’éducation financière et de sensibilisation.

Febelfin plaide pour un dialogue constant avec les diverses parties prenantes et est toujours en quête de nouveaux partenariats pour mettre en exergue l'importance de l'éducation financière.

Plus d’informations

La table ronde marque le lancement de la European Money Week. Du 9 au 13 mars 2015, les fédérations bancaires européennes vont unir leurs forces pour mettre l’accent sur la nécessité d’améliorer l’éducation financière.

Vous trouverez de plus amples informations sur la European Money Week ici.

Plus sur: