Formation financière dans un environnement numérique

25/11/2016

Pour ce qui est des aptitudes financières, le Belge moyen ne se débrouille pas mal : il est ainsi établi que 70 % des Belges gèrent correctement leurs finances.

Ainsi que le montre une étude comparative internationale de l’OCDE, ce résultat positif en termes de comportement ne peut toutefois pas être totalement transposé dans le domaine de la connaissance et de l’attitude financières.

A une époque caractérisée par une numérisation poussée, la connaissance financière est en outre toujours plus directement liée à la connaissance numérique. D’une étude du Gezinsbond, il ressort toutefois que tous les Belges ne possèdent pas les mêmes aptitudes numériques et financières.

Aperçu !

Aptitudes financières ? La Belgique occupe la 8e place

D’une manière générale, le Belge ne se débrouille pas mal pour ce qui est de la compétence financière. Sur un total de 29 pays, la Belgique se retrouve en 8e position, avant des pays comme les Pays-Bas (12e place) et le Royaume-Uni (15e place).

Les plus hautes marches du podium vont à la France, la Finlande et la Norvège.

Afin de mesurer l’aptitude financière des individus, l’OCDE a mené une enquête comparative internationale. En Belgique, cette enquête a été réalisée par la FSMA (Autorité des Services et Marchés financiers).

Trois sujets ont été abordés : connaissance financière, comportement financier et attitude financière. Pour les trois thématiques prises conjointement, le Belge moyen a obtenu 14,3/21. La moyenne de l’OCDE se situait à 13,7/21.

Mais c’est surtout dans la rubrique “comportement financier” que les Belges se distinguent.

Les Belges enregistrent de bons scores dans le domaine du comportement financier

70% des Belges gèrent correctement leurs finances : le Belge épargne (75 %), planifie ses finances à long terme (60 %) et consulte aussi des sources indépendantes avant d’acheter un produit financier (24 %).

Ce score est largement plus élevé que la moyenne de l’OCDE qui est de 53 %.

Connaissance et attitude financières au niveau de l’OCDE

Cependant, si nous considérons cette fois les résultats pour la connaissance et l’attitude financières, nous constatons que les résultats de la Belgique s’essoufflent.

Concernant la connaissance financière, la Belgique totalise 60 %, se situant ainsi juste au-dessous de la moyenne de l’OCDE. Le Belge répond bien aux questions relatives par ex. aux intérêts sur prêts (91 %), mais beaucoup moins bien (39 %) à celles sur la composition d’un taux d’intérêt.

En ce qui concerne l’attitude financière, le Belge enregistre un résultat de 53 %, arrivant ainsi juste au-dessus de la moyenne de l’OCDE. Pour cet aspect, c’est l’attitude des consommateurs face aux questions financières qui était visée, ceux-ci étant invités à se positionner face à des affirmations comme « l’argent est fait pour être dépensé ».

 

Moyenne belge

Moyenne de l’OCDE

Connaissances financières élevées 

60 %

62 %

Comportement financier développé

70 %

53 %

Attitude financière développée

56 %

53 %

Vous pouvez consulter l’étude complète de l’OCDE ici.

Aptitude financière = aptitude numérique ?

Dans le monde numérique d’aujourd’hui, les aptitudes financières vont de plus en plus souvent de pair avec les aptitudes numériques. 

Dans l’étude “Digitalisering: een bron van nieuw analfabetisme?” (Numérisation : une source de nouvel analphabétisme ?), le Gezinsbond indique que tous les Belges n’ont pas les mêmes aptitudes dans le domaine du numérique.

Aptitudes numériques

Les résultats relatifs aux aptitudes numériques sont parfois fort décevants.

C’est ainsi que 17,1% des personnes sondées déclarent ne pas pouvoir recevoir ou envoyer de courriels, 27,2% sont incapables de chercher en ligne un horaire des transports en commun et 46% ne parviennent pas à installer un scanner anti-virus.

Stocker des fichiers sur le cloud pose même des problèmes à 51% des personnes interrogées.

Aptitudes financières

Dans la mesure où de plus en plus d’opérations financières se font en ligne, un handicap numérique s’accompagne d’office aussi de lacunes en termes d’aptitudes financières (en ligne) :

  • 21,4% des personnes ayant répondu à l’enquête indiquent que personne dans le ménage n’est capable de recevoir de facture numérique;
  • 19;8% déclarent que leur ménage ne peut pas payer ses factures via un virement en ligne;
  • chez 21,9%, personne n’est en mesure d’effectuer des opérations de banque en ligne;
  • les paiements en ligne par carte de crédit ou de débit sont inaccessibles à 24% des ménages;
  • payer et recevoir des factures via PayPal est même problématique pour 40,1% des ménages.

Vous pouvez consulter l’étude complète du Gezinsbond ici.

Plus sur: